Le bon Samaritain. Dessin de Sophie (reproduit avec autorisation).

La transmission de récitatifs bibliques à l’école élémentaire

Hélène BoudreauHélène Boudreau | 13 mai 2024

Depuis quelques années, je transmets des récitatifs bibliques à des groupes d’élèves d’écoles élémentaires du CECCE (Conseil des écoles catholiques du Centre-Est) dans la région d’Ottawa, en Ontario.

Logistique

Depuis janvier 2024, j’ai travaillé avec quinze groupes-classes de la 3e à la 6e année répartis dans six écoles différentes. Selon les récitatifs enseignés, j’ai rencontré chaque groupe cinq ou six fois. Les rencontres d’une heure étaient réparties selon les choix des enseignantes impliquées : soit une fois par semaine, 2 ou 3 fois par semaine ou tous les jours d’une seule semaine. Les enseignantes sont présentes lors de chaque rencontre.

Les récitatifs présentés ont été, selon les choix des enseignantes, en accord avec le curriculum d’enseignement religieux pour les écoles catholiques de langue française en Ontario. Ainsi, les élèves ont pu apprendre l’un parmi les suivants :  Marc 4,3-9 « Le semeur », Luc 10,30-37 « Le bon Samaritain », Luc 24,1-8 « Les femmes au tombeau », Luc 14,15-24 « Le grand banquet », Actes 2,1-4 « La venue de l’Esprit », Luc 15,11-24 « Le fils prodigue ».

La transmission d’un récitatif intègre plusieurs attentes et contenus d’apprentissage du curriculum d’enseignement religieux. C’est pourquoi, lors de la dernière rencontre, les élèves complètent une tâche d’évaluation qui sera utilisée dans la préparation de leur prochain bulletin de rendement.

Rythme d’apprentissage

Les enfants apprennent les récitatifs à un rythme fulgurant. Les gestes, la mélodie, les mots sont retenus rapidement. Puisque tout leur être est sollicité, la majorité des élèves s’engagent à fond dans leur apprentissage. Spontanément, à d’autres moments de leur journée d’école, ils se mettent à chanter le récitatif appris, le plus souvent dans des moments de transition entre deux activités différentes.

Stratégies proposées aux enfants

Les stratégies utilisées sont celles de la discipline du récitatif biblique. Au départ, les enfants s’habilitent à se balancer debout d’en avant en arrière.  Ensuite, ils répètent une bouchée de souffle, en gestes et en mélodie. Lors de la 3e ou 4e répétition, je rappelle aux enfants de se balancer. Lorsque toutes les bouchées de souffle d’un verset ou d’une section du récitatif sont apprises, on colle tous les morceaux ensemble.

Ensuite, pour consolider l’apprentissage, je chante sans les gestes, que les enfants exécutent tout en chantant et en se balançant. Puis, je fais les gestes sans chanter, pendant que les enfants chantent, font les gestes et se balancent. La version « ultime » de la section apprise consiste pour les enfants à chanter et faire les gestes les yeux fermés.

Lors de la dernière rencontre, les enfants sont invités à proclamer tout le récitatif les yeux fermés. Les résultats sont impressionnants. La majorité d’entre eux récitent tout de mémoire, sans se fier aux autres, de façon autonome et concentrée.

Intériorisation

Avant la première proclamation du récitatif ainsi qu’avant des réflexions de savoir-être, je propose aux enfants d’entrer à l’intérieur d’eux-mêmes. Pour ce faire, on retrouve une position d’écoute particulière : deux pieds par terre, mains sur les genoux, dos droit, tête au-dessus du corps, yeux fermés (le plus difficile!). Puis, on observe notre respiration, en portant attention à l’air qui sort (on se détend, on laisse aller les préoccupations) et à l’air qui entre (on s’ouvre à la présence du Seigneur).

Pour certains enfants, c’est une première expérience d’intériorisation. Après quelques rencontres, ils retrouvent plus facilement leurs repères et s’engagent davantage dans leurs intériorisations. 

Chaque intériorisation proposée colle à la section du récitatif apprise ce jour-là. Suite à l’intériorisation, les enfants notent dans leur cahier d’écriture ou dans un journal les réponses qu’ils ont trouvées en eux.

Fruits produits

Tout au long du cheminement, les enfants s’émerveillent de pouvoir se rappeler aussi facilement d’autant de gestes, paroles et mélodies. Plusieurs enseignantes ont appris le récitatif en même temps que leurs élèves tout en consacrant une partie de leur attention à observer leurs élèves.

Les enseignantes regardent évoluer leurs élèves avec plaisir, surprises bien souvent par leur niveau d’engagement, leur compréhension du texte ainsi que la qualité de leurs « excursions à l’intérieur de soi ». L’une d’entre elles s’est même exclamée : « Toutes les écoles de notre conseil devraient pouvoir faire du récitatif! »

Hélène Boudreau est transmetteure de l’Association canadienne du récitatif biblique.

Jousse

Récitatif biblique

L'Association canadienne du récitatif biblique propose une chronique mensuelle pour comprendre la discipline spirituelle qui rassemble ses membres. Axée sur la Parole et sur son effet sur l'ensemble de la personne, le récitatif biblique est une forme de méditation où tous les sens sont sollicités.